Ma Seinthèse

Ma Seinthèse

Acte 1, scène 4 : Silence. Ça tourne. Action.

Mon film de merde”

 

Réalité ? Fiction ? Imaginaire ? Rêve ? Cauchemar ? Pastèque ? Délire ? C'est un mélange de tout... J'ai tout mis dans un shaker en espérant obtenir un Martini mais c'est la dernière pub Perrier qui est ressortie...

 

 


 

 

Dans mon film de merde, le cancer c'est pas un crabe c'est Gloria Gaynor. (ceux que j'entends huer chut ! C'est mon film je fais ce que je veux ! )

 

 

//vbox7.com/play:4f69dfc0&pos=vr

 

 

Gloria Gaynor me suit partout. Oui parce que que ce soit dans les magasins, au cinéma, sous la douche, en soirée entre amis, il est là ce connard de cancer. Le boulet. Même quand je veux l'oublier il pointe son nez cette brêle ! “Et sinon ça se passe bien la chimio ?”

Bon sang j'avais zappé...

 

Dans mon film de merde moi c'est moi mais avec la voix de Fanny Ardant. (Anémone n'est disponible que pour le doublage de films sur la coqueluche, le cancer très peu pour elle et de toutes façons tant mieux la voix de Fanny Ardant est bien plus adéquate à mon physique... J'ai entendu pouffer, c'est qui qui a pouffé ? Qui a dit que je devrais avoir la voix de Ginette Garcin ? C'est pas délicat elle est décédée d'un cancer, franchement c'est pas fin, c'est trop ballot de perdre des occasions de se taire pareilles)

 

 Éteignez les lumières.

 

Chez Serge. (c'est ainsi que dans mon film de merde est nommé à la fois l'hôpital, la clinique, et le centre d'imagerie médical. Y'a toujours un bistrot ou une cafète dans lequel les personnages se retrouvent dans les films et séries de merde... Bon, dans mon film de merde c'est dans des bâtiments hospitaliers plutôt hospitaliers, Chez Serge.)

 

Intérieur jour.

 Bureau de centre de radiologie.

 Une petite dame radiologue qui ressemble à une Monique mais qui s'appelle Elizabeth (et qu'on va appeler Elizabeth Taylor, parce que son vrai nom est une marque et comme j'ai déjà dit Perrier, que je vais bientôt dire M&M's et pas tarder à congratuler Tagada ça va suffire) vient de me faire asseoir en face d'elle.

 

Première phrase de Fanny Ardant/moi ( dans ma tête) : “Dès le début j'ai su ce que c'était. Dès que je l'ai sentie cette boule j'ai su... Boule de merde”

 

(Je vous entends venir : “Si ça se trouve c'était juste un kyste et à force de croire que c'était une tumeur ça s'est produit par l'opération du Saint Macloud”. Oui et bien moi je réponds que j'en ai marre que vous interveniez à tout bout de champ par-dessus le marché ! Fichtre le film a commencé là, concentrez-vous, déjà que moi j'ai du mal, il faudrait qu'au moins 2 ou 3 suivent...)

 

Et Monique, merde non Elizabeth, d'une voix posée : “Les résultats sont pas bons”...

 

Les résultats de quoi ? Merci aux 2 ou 3 qui suivent... Oui les résultats de la biopsie ! Et non pas ceux du bac, comme l'a soufflée la musclée à lunettes là au fond qui s'est crue à un cours d'aérobic, ni les résultats des législatives, merci à la brune en peignoir rose qui plane ! Et qu'est-ce qu'il dit l'intello à rouflaquettes du premier rang là ? Pourquoi... Pourquoi je … Pourquoi je commence mon film aux résultats de la biopsie ?

 

Mon film commence aux résultats de la biopsie, parce que l'échographie, la mammographie et la biopsie on en voit assez comme ça chez Michel Cymes, et de la nudité y'en aura pas mal après ne vous inquiétez pas. Montrer mes seins dès le début avant le générique c'est psychologiquement non, je montre jamais mes seins la première scène !

 

Et puis l'echographie on s'en fiche, la mammographie on le sait toutes c'est désagréable, la biopsie aussi mais moins qu'un ongle arraché avec une pédale de vélo. Alors bon...

 

Elizabeth : C'est un cancer.

 

Moi : Oui mais je vais pouvoir travailler... ?

 

Elizabeth : Ah non ça va durer 6 mois, vous êtes jeune, après l'opération vous allez sûrement faire de la chimio et de la radiothérapie. Vous voulez vous faire soigner où ?

 

Moi : À Bali c'est possible ?

 

Elizabeth : Je vous le conseille pas.

 

Elizabeth va chercher ma mère dans le couloir.

 

Moi (dans ma tête) : Là ça devient sérieux. Fanny ! Martine ! Anne concentre-toi (schyzo va)...

 

Elizabeth (à ma mère) : Je suis venue vous chercher car c'est pas bon, c'est un cancer du sein.

 

Moi (dans ma tête) : Rapporteuse.

 

Ma mère, qu'on appellera Meryl Streep (parce que sur la route de Madison) : Merde.

 

Moi : Et c'est pas bon comment ? Comme de la coriandre ou pire ?

 

Elizabeth : La coriandre c'est plein de vitamine K donc c'est pire mais j'ai pleins de patientes que je vois toujours qui ont eu ça à votre âge et qui maintenant ont des enfants... Ça se soigne bien.

 

Moi : Ça se soigne bien ? Je vais prendre 1 cuillère de sirop de glucose avant de me coucher pendant 3 ou 4 jours, 2/3 pschitt de chlorophylle dans le nez et gober 4/5 gelules d'amoxicilline et ce sera bon ?

 

Elizabeth : Non, opération, chimio, radiothérapie, je l'ai déjà dit mais comme vous deviez être chamboulée par la nouvelle vous ne m'avez pas entendue.

 

Moi (dans ma tête): Non c'est juste le “ça se soigne bien” qui me dérange... J'ai comme le pressentiment que je vais beaucoup l'entendre dans les mois à venir...

 

 

Là le public normalement doit se dire “Merde j'aurais dû aller voir le dernier Dany Boon”, “Elle a rapetissé Fanny Ardant, non ?”, “Y'avait un truc dur dans mes pop corns je crois bien que c'était un M&M's“, et “C'est pas Angelina Jolie qui s'est fait enlever les seins y'a pas longtemps ?” “Chuuuuuuuuuut si c'est pour discuter c'est pas la peine !”

 

 

Elizabeth : Ça va aller...

 

Moi (dans ma tête) : Tout comme j'ai su que j'avais un cancer je sais qu'elle a raison.

Enfin je l'espère tellement que je crois le savoir, les larmes montent un peu mais pas de panique à bord. 6 mois elle a dit... Et puis j'ai bien entendu chimio, beurk, j'ai envie de m'allonger par terre, dormir et me réveiller dans 6 mois, je sens qu'il va y avoir du désagréable... Y'a un truc pourri moisi dégueu en moi et faut l'enlever, pas rester avec... On va l'enlever ce pansement collé dans les poils, vite fait bien fait, 6 mois... Ok on va le faire, pas de panique.

 

 

Elizabeth Taylor pose sa main sur l'épaule de Fanny Ardant qui regarde Meryl Streep commencer à avoir les yeux humides.

 

Pour un film de merde c'est pas si horrible, on dirait une saga d'M6, ou une série drama des années 90...

 

À suivre : L'annonce aux proches. On est pas sorti de chez Serge !

 

Hop Générique !

 


 

 

 

 

 



21/01/2016
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres